• Remèdes naturels contre l'hyperactivité

    Si vous avez un enfant hyperactif ou souffrant de troubles envahissant du développement, avant de le médicamenter, essayer plutôt de changer son alimentation. Il existe de nombreuses études en Australie et en Angleterre qui prouve le lien entre alimentation industrielle (pleine d’additifs toxiques, de gluten, de lait, d’antibiotiques…) et troubles du comportement.

    Voici les conseils issus du site « santé Nature innovation« :

    • Diminuez fortement ou éliminez de son alimentation le sucre et en particulier le fructose ;
    • Evitez de lui donner de la nourriture industrielle, en particulier celle qui contient des colorants, des arômes artificiels, et des conservateurs. Cela inclut les plats préparés et les charcuteries, y compris les saucisses type Knacki ;
    • Remplacer les boissons gazeuses, jus de fruit et lait par de l’eau ou des tisanes sans sucre. C’est très important car ces boissons sont l’une des principales sources de fructose dans l’alimentation des enfants aujourd’hui ;
    • Assurez-vous que votre enfant reçoit d’importants et réguliers apports de bactéries saines, issues de nourritures fermentées biologiques ou des probiotiques de haute qualité ;
    • Donnez à votre enfant beaucoup d’aliments riches en oméga-3, donc de l’huile de colza, des poissons gras et assurez-vous qu’il a un bon équilibre oméga-3/oméga-6 ;
    • Mettez autant de légumes bios que possible dans son régime alimentaire, à la fois pour réduire son exposition aux polluants et pour augmenter ses apports en nutriments essentiels (vitamines et minéraux) ;
    • Réduisez la part de céréales dans son alimentation, surtout de blé. Même le blé entier peut avoir des effets néfastes sur l’équilibre mental, parce qu’il contient de grandes quantités d’agglutinine de germe de blé (AGB) qui ont une action neurotoxique. Le blé inhibe aussi la production de sérotonine, un neuro-transmetteur qui agit sur l’humeur, et dont l’essentiel de la production a lieu dans vos intestins, pas dans votre cerveau. Essayez d’abord d’éliminer le blé pendant une à deux semaines puis observez si vous remarquez une amélioration radicale du comportement de votre enfant.
    • Evitez les édulcorants artificiels de toutes sortes ;
    • Faites faire à votre enfant autant d’exercices et d’activités de plein-air que possible ;
    • Faites lui prendre le soleil pour maintenir un taux optimal de vitamine D. Les scientifiques sont actuellement en train de s’apercevoir que la vitamine D joue un rôle dans le cerveau, car ils ont récemment découvert la présence de récepteurs de la vitamine D dans la moelle épinière et le système nerveux central. La vitamine D pourrait contribuer au processus de détoxification du cerveau. Si une exposition suffisante au soleil n’est pas possible dans votre région, donnez-lui des compléments de vitamine D3 ;
    • Aidez votre enfant à analyser et canaliser ses émotions. Des exercices de relaxation sont nécessaires mais vous pouvez contribuer à son calme intérieur en adoptant une attitude positive avec lui. Le Dr Smith pense que les parents devraient dire à leurs enfants des choses positives au moins deux fois plus souvent qu’ils ne leur donnent des ordres ou ne leur posent des questions. Si vous criez et grondez plus souvent que vous ne lui parlez de façon bienveillante, cela peut contribuer à entretenir son excitation.
    • Limitez son exposition aux métaux et produits chimiques toxiques en remplaçant les produits d’hygiène, les détergents et les nettoyants d’intérieurs par des produits naturels. Des métaux comme l’aluminium, le cadmium, le plomb et le mercure sont courants dans des milliers de produits alimentaires, objets et produits domestiques, et produits industriels. La présence de ces métaux toxiques dans le corps de votre enfant peut interférer avec d’innombrables phénomènes physiologiques, avec bien sûr des conséquences possibles sur son humeur et son comportement.
      1. Enquête sur le trouble de l’hyperactivité avec déficit de l’attention (THADA) diagnostic et traitement au méthylphénidate chez les médecins canadiens, Santé Canada, 1999. [Consulté le 30 juin 2010]. www.hc-sc.gc.ca
      2. IMS Health Canada cité dans Le trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité. Institut du développement de l’enfant et de la famille. [Consulté le 30 juin 2010]. www.mrj-utopia.com

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :